L’URSSAF en question avec la TVA sociale

Cet URSSAF, Union de Recouvrement de la Sécurité Sociale et des Allocations Familiales, est l’organisme par lequel transite aujourd’hui toutes les cotisations sociales collectées auprès de toutes les entreprises. Son rôle est même renforcé par la collecte des cotisations des indépendants. Le plan TRES, en souhaitant réformer le prélèvement des cotisations sociales sur les salaires, amène inévitablement une réforme de l’URSSAF.

Cette URSSAF doit prendre une nouvelle fonction

Certains évoquent le fait que cet organisme serait responsable de 70% des dépôts de bilan en France, surtout auprès des PME. Quoi qu’il en soit, l’URSSAF bénéficie de fait d’un monopole de collecte créé en 1946, par une ordonnance aujourd’hui devenue anticonstitutionnelle par le non-respect de l’égalité envers les Français. Seuls les travailleurs participent en effet au maintien des prestations sociales en France. Cet état de fait n’est pas tenable à long terme sans quoi le poids sur les salaires deviendra intenable.

L’URSSAF est une institution qui a évolué tant le danger qu’elle représentait était prédateur.

Michel Leclerc : “Toutefois, on ne discute pas avec un monopole : ou l’on se soumet ou on le supprime ; nous avons choisi de le supprimer, pour redonner à cette organisation une nouvelle mission. C’est l’objectif du plan TRES de Transfert des cotisations sociales vers l’Etat pour la Relance Economique et Sociale en France.”

Pour une URSSAF réformée

L’URSSAF est une organisation agissant au nom d’une ordonnance et, comme tout monopole, agissait en seigneur, sans se rendre compte qu’elle était hors la loi et qu’elle rendait impossible la concurrence au niveau international pour les ventes en raison d’un prix de revient plombé par des charges qui ne concernaient pas le travail et très difficile, au niveau intérieur, par la concurrence des produits asiatiques importés et produits à bas salaires.

Cela ne pouvait durer éternellement dans un contexte international qui ne subit pas, ou peu, le niveau des cotisations que le travail supporte en France.

Ce dispositif avait pour effet de faire pression sur le salarié pour accroître une meilleure productivité déjà à son niveau maximum ; et pour ce faire, on a remplacé l’homme par un outil et l’on envisage aujourd’hui de le remplacer par le robot. Il y aura peut être un robot qui nous secondera, mais pour un climat apaisé il ne faut plus de charges pour plomber le travail.

L’URSSAF doit disparaître dans ses fonctions actuelles, réduisant considérablement les travaux des Tribunaux de Commerce.

L’URSSAF actuelle sera en doublon avec la TVA et la CSG. Cette Union doit donc trouver une nouvelle fonction tournée vers l’intérêt de tous les Français. Le monde social en à besoin. Utilisons ses forces vives à cet effet et concentrons ses capacités sur le handicap, la gestion des personnes âgées…

La suppression de l’URSSAF comme elle fonctionne de nos jours entraîne une économie de gestion de plus de 20 milliards chaque année et nous pensons que personne ne pourra espérer mieux, et encore moins les chefs d’entreprise, aujourd’hui tenus par ce monopole.

Cette économie permettra de compléter les soins des yeux, des oreilles, des dents et des pensions de retraite qui, à leur tours, amélioreront la vie des salariés, des retraités et la vie de tous les jours.

Michel Leclerc : “J’ai déjà mis fin à plusieurs monopoles (pompes funèbres, pétrole et voitures), je suis heureux de pouvoir encore exiger de supprimer ce monopole par le plan TRES, dans l’intérêt de la France et des Français.”

Signez la pétition pour faire bouger le gouvernement et appliquer le plan TRES.

URSSAF TVA sociale

Laisser un commentaire