LETTRE à M. le président de la République sur l’obsolescence des programmes de l’Éducation Nationale

LETTRE à M. le président de la République, M. le 1er Ministre sur l’obsolescence des programmes de l’Éducation Nationale, M. le Ministre de l’Education Nationale, M. Ministre de l’Industrie, M. le Ministre de la Recherche et de l’Innovation.

L’obsolescence des programmes de l’Éducation Nationale est un fléau

“Nos professeurs d’Ecoles Techniques et de Facultés ont malheureusement deux à trois générations de retard. Ils enseignent le passé. Nos enfants, à 18 ou 25 ans, arrivent sur le marché du travail en ayant la connaissance du passé sur les techniques, sur les recherches fondamentales, sur les brevets en cours et sur les brevets inexploités.

Il n’est pas question pour moi de changer les fondamentaux dans les écoles primaires et les collèges mais, au niveau des BT, BTS ou licences techniques, il importe de revoir le dispositif.

Ne serait-il pas possible que soient publiés, sur des recueils techniques, les commentaires sur toutes les recherches effectuées ainsi que sur tous les brevets en cours, qui ne seront d’ailleurs appliqués que dans 4 ou 5 ans ?

Il va de soi qu’il faudra faire un recueil pour chaque profession qui sera nécessairement différent pour l’une ou l’autre. Ceci permettrait aux étudiants de voir dans quelle voie se diriger.

Les recueils que je vous demande d’établir devront être écrits de manière compréhensible par tous ceux qui sont susceptibles d’être intéressés. En un mot, il faudra banaliser un tant soit peu les termes utilisés lors de ces recherches.

Il est évident que ces recueils devront comprendre non seulement les recherches françaises mais aussi celles de tous les autres pays.

Et c’est en regardant toutes ces avancées que les étudiants comprendront la nécessité d’apprendre le futur plutôt que le passé. Il en est de même évidemment des professeurs.

On doit reconnaître que les progressions dans tous les domaines vont actuellement à une telle vitesse qu’il est parfois difficile de suivre. Mais toutes ces recherches d’aujourd’hui feront notre avenir. Il est donc nécessaire que nos jeunes arrivent sur le marché non pas avec une longueur de retard mais avec une longueur d’avance.

Je sais que tout ceci sera très difficile mais je demande quand même de s’y pencher sérieusement.”

Si vous êtes en accord avec ce projet, signez la pétition pour faire bouger le gouvernement et appliquer le plan TRES de relance économique par la hausse du pouvoir d’achat et soutenir le financement de l’Education Nationale.

éducation nationale

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.