Voici comment construire un mur de l’espoir en Afrique

Soyons précis : il ne s’agit pas de construire un mur de la honte comme on l’imagine selon Donald TRUMP entre les Etats-Unis et le Mexique, mais une coulée d’oasis entre le Sahara et les pays européens. Ce mur là, c’est un mur végétal qu’il faut bâtir pour retenir le désert.

Le désert ne demande qu’à revivre

Un mur de l’espoir comme protection climatique

En créant dix barrières réparties autour du Sahara, des barrières de cultures, de forêts, de vergers, de 100 km sur 3 000 km chacune, on réalise d’immenses oasis qui capteront l’énergie solaire dans cette région. Oh ! ce n’est qu’un petit morceau du Sahara mais suffisant pour établir l’équilibre climatique entre la zone tropicale et les zones tempérées.

Les vents du Grand Nord sont souvent anéantis par la puissance des courants chauds venant du Sahara. C’est un combat d’influences entre plusieurs courants et, en général, cela se passe sur la zone tempérée.

Le combat contre la pollution, en Europe, c’est l’affaire des Européens et, en général, des pays industrialisés. Mais cette pollution-là freine les mélanges des deux influences : chaudes et froides. C’est un combat perpétuel entre l’air chaud et l’air froid. Aujourd’hui, les courants d’air chaud supplantent les courants d’air froid et font fondre la calotte glaciaire.

Cette immense coulée verte que je propose, c’est l’issue nécessaire à la misère dans ces pays, à l’émigration en partance de ces pays, c’est l’indispensable au combat contre le réchauffement climatique.

Il en coûtera 16 euros par mois et par habitant de l’Europe. Il ne s’agit pas de mettre des barrières mécaniques pour empêcher la chaleur de passer, mais il s’agit de créer des zones qui vont capter la chaleur. Ce sera le rôle des forêts, des vergers, des cultures et de l’horticulture.

J’ai eu l’occasion de dire que, pour assurer notre sécurité militaire, 10 euros seraient nécessaires par mois et par habitant. Mais il ne s‘agit pas là d’impôts, il s’agit de sommes pour assurer notre bien-être et notre survie.

Entre nous, c’est le coût d’un jeu d’argent ou d’un paquet de cigarettes par semaine.

En supprimant la misère dans ces pays, nous leur donnerons à court terme la possibilité de rentrer dans la zone euros et ceci est très important pour eux, ne serait-ce que pour commercialiser leurs produits avec l’Europe.

Pour parvenir à tout cela, il faudra convaincre l’Europe de l’intérêt d’un marché de 2 milliards d’habitants.

Ce sera pour l’Europe un magnifique joker.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.