Solutionner la dette publique d’une France suicidaire

Il faut arrêter le compteur de la dette publique de cette France suicidaire qui s’accroît de 2 665 € toutes les secondes.

Solutionner la dette publique en quelques années

Pour combler une dette publique qui croît, il faut d’abord faire en sorte qu’elle ne progresse plus, et pour ce faire, c’est 72 milliards l’année par des recettes supplémentaires, ce qui nécessite une production accrue de 30% de notre production nationale à des prix de 15% inférieurs.

Une fois arrêté le compteur, il faut faire un moratoire de la dette pour la sécuriser et rembourser 50 milliards chaque année à partir de 2018 et pendant 40 ans ; ce qui fait 72 + 50 milliards, c’est-à-dire au total un besoin de 122 milliards… pendant 40 ans.

Seul le plan TRES peut rendre possible une telle équation tout en augmentant le pouvoir d’achat de 22% pour tous les Français et en sécurisant pleinement la Sécurité sociale et les Allocations familiales.

Dans un esprit de justice, le 1% des Français qui possède 30% des richesses de la France, devra aussi payer 30% de la dette, soit 30 milliards chaque année, ce qui, en définitive, les rendra plus riches par une économie forte et un euro fort, du fait de notre balance commerciale bénéficiaire et de la suppression de la dette qui coûte fort cher.

C’est possible à mettre en œuvre

En 1936, de Gaulle, alors Colonel, demande de mécaniser l’armée en la dotant de chars et de véhicules blindés. Personne ne l’a cru et personne n’est parvenu à empêcher Hitler d’être la cause de dizaines de millions de morts.

Écoutera-t-on ce « petit garçon » de Michel Leclerc qui a fait ses preuves et qui a osé faire face aux puissants, et qui demande aujourd’hui, non pas une réforme, mais un changement total du financement de la Sécurité sociale, pour supprimer le chômage et accroître massivement le pouvoir d’achat des Français ? Il n’y a pourtant pas d’autre solution crédible et pérenne.

Signez la pétition pour faire bouger le gouvernement et appliquer le plan TRES.

dette publique

Laisser un commentaire