Les petits génies ne devraient pas mourir

Pour aider les petits génies à vivre commençons dès la naissance, dès leurs premières découvertes, donnons-leur les moyens de protéger leurs découvertes.

Pour les petits génies

Le dépôt des brevets en France coûte une fortune. La solution est que l’Etat prenne en charge les frais de dépôt comme un crédit d’impôt.

Ce ne sera pas suffisant. Protégeons leur santé en appliquant dès leur première découverte une régulation de pression atmosphérique.

Ils ont l’habitude de vivre dans une bulle. Un génie ne doit pas mourir, c’est le capital de l’économie française.

Et si notre Président veut mutualiser la recherche au niveau de l’Europe, alors créons un crédit d’impôt européen.

Si peu d’argent, ce n’est rien, mais c’est beaucoup pour un petit génie. Il faut le protéger le plus naturellement du monde.

Un petit génie, c’est un être humain qui se promène dans la rue comme tout le monde mais c’est la fortune de la France, c’est ce qui fait la France, c’est ce qui fait l’Europe.

Dans une grande puissance économique, 80% des découvertes de base sont l’œuvre de ces petits génies.

On protège nos athlètes, c’est bien. Mais nos petits génies sont les athlètes de l’économie.

Ils représentent le futur de nos vies, de nos techniques, de nos économies.

Alors appliquons le plan TRES à l’échelon européen dans sa philosophie et dans la vie des hommes et des femmes et du travail qui les fait vivre.

Les petits génies sont trop souvent oubliés, délaissés et son rarement aidés.

Il est vrai que l’incrédulité fait des ravages dans ce domaine.

Signez la pétition pour faire bouger le gouvernement et appliquer le plan TRES.

petits génies tva sociale

Laisser un commentaire