Les français en ont marre

Un prix fondé sur un vrai prix de revient minimum, c’est ce que prévoit notre gouvernement français. Malheureusement, telle que se présente la politique actuelle ce n’est pas possible :

  • en raison des coûts différents d’une entreprise à l’autre liés à la politique salariale,
  • en raison d’une concurrence européenne déloyale dont les charges varient du simple au double entre la France et l’Allemagne, par exemple.

Seul, le transfert des cotisations sociales, salariales et patronales, permettra de sauver les revenus des agriculteurs.

Les Français en ont marre de la petite cuisine que chaque Etat se concocte

Si les Etats en Europe ne trichaient pas, le paysan français pourrait vivre ! Monsieur MACRON, c’est sur quoi vous devez vous battre, en supprimant toutes ces cotisations patronales et salariales. Il faut en finir avec ce processus d’assurer la prévoyance sociale via le travail des salariés. Cette protection doit être impérativement une mutualisation de toutes les ressources de tous les Français c’est-à-dire une CSG plus importante sur l’ensemble des Français ainsi qu’une TVA sur les produits fabriqués. Mais pas de demi-mesure comme actuellement.

Il n’est pas normal que ce soit un Français sur 3 qui protège tous les Français ! Et l’on en voit les conséquences tous les jours par notre incapacité à être concurrentiel sur les marchés internationaux et d’aboutir ainsi à une balance commerciale désastreuse.

Monsieur le Président de la République, sifflez la fin de la récréation !

On est heureux, et à juste titre, quand une commande d’avion supplémentaire arrive, mais Monsieur le Président, pour arrêter le compteur de la dette, il faut produire 1 milliard de plus par jour et pour rembourser la dette, il faudra encore 1 milliard de plus par jour. Et pour parvenir à ce résultat, il n’y a pas d’autre manière que d’avoir des prix compétitifs. Nous parlons de toutes nos activités.

Il nous faut donc baisser nos prix de 15% et accroître notre pouvoir d’achat par la suppression des charges salariales. Ce sont les conditions sine qua non de notre réussite, tout le reste n’est que verbiage.

Les paysans ne veulent pas l’aumône ; ils veulent simplement pouvoir vivre de leur production à égalité avec tous les autres pays européens, et vous le savez bien, ce n’est pas le cas. Notre agriculture a une place importante, non seulement pour nourrir les Français, mais aussi pour garder une France sans friche. Cette France qui nous apporte tant et tant de touristes, et, par conséquent, tant de milliards pour notre économie.

S’il y a une profession où il faut agir vite, il s’agit bien de l’agriculture.

Nous ne sommes pas en Afrique ! Les palabres ne devraient pas être nécessaires. Ce n’est pas ce que les agriculteurs ont besoin d’entendre. Ils veulent de vraies solutions et non des Egalim sans avenir.

Signez la pétition pour faire bouger le gouvernement et appliquer le plan TRES de relance économique par la hausse du pouvoir d’achat.

français

Laisser un commentaire