La République aime-t-elle ses vieux ?

C’est la première fois qu’un Président de la République ose réduire le pouvoir d’achat des retraités. Au-delà d’un problème financier et d’un problème de civilisation, c’est vraiment la loi de la compétence et de la morale qui risque de se payer très cher.

La République protège-t-elle encore ses aînés ?

Retirer, en 2018, près de 4% de pouvoir d’achat à 15 millions de retraités, c’est, de toute manière, retirer aussi 4% de recettes fiscales de TVA dans les caisses de l’Etat, soit, pour les retraités, 3 à 4 milliards de TVA en moins et probablement 10 millions de moins d’électeurs favorables. Ce n’est pas un très bon calcul.

Tromper ceux qui vous ont fait roi, reflète un gouvernement incapable de produire de l’argent sans contrepartie.

Michel Leclerc : “Une telle mesure, c’est 200.000 chômeurs réellement en plus. Je ne pense pas que ce soit l’objectif recherché. Au risque de me répéter, utiliser la CSG sans contrepartie, même en réduisant la taxe d’habitation (à laquelle beaucoup de retraités n’étaient déjà plus assujettis), le déficit de pouvoir d’achat sera flagrant compte tenu, en sus, des augmentations de multiples taxes –carburants, tabac, taxes d’inondation, augmentation de la taxe foncière, etc. Les retraités ne seront pas votre jouet. Votre méthode, vos discours, vos mensonges, vos tromperies vous condamnent dans un avenir très proche. On ne peut vivre dans le mensonge permanent.”

Notre économie nous oblige à produire 2 milliards de plus par jour. Et même si Monsieur MACRON, notre Président, est un excellent VRP, seul il ne pourra rien, ni pour notre sécurité, ni pour le chômage, ni pour l’avenir des jeunes et encore moins des retraités.

On risque, dans les mois qui viennent, compte tenu de la dette qui s’accroît, de voir les possibilités des portes de crédit fermer. Espérons seulement qu’elles ne claqueront pas trop fort.

On ne pourra plus être optimiste quant à la balance : il y aura 5 millions de chômeurs, 9 millions de pauvres et désormais 15 millions de retraités dont un grand nombre sont au seuil de la pauvreté.

Michel Leclerc : “A vos discours et à vos leçons, il faudra d’abord se les appliquer à vous-même. Non, je ne suis pas pessimiste, mais réaliste et j’entends la voix silencieuse qui gronde et les nuages qui s’amoncellent.”

Ce n’est pas ainsi que l’on protégera la CSG qui était, avant tout, un levier pour apporter un peu de souplesse à notre République.

Si vous êtes en accord avec le projet de transfert des cotisations sociales, signez la pétition pour faire bouger le gouvernement et appliquer le plan TRES de relance économique par la hausse du pouvoir d’achat des actifs et des seniors.

république

Laisser un commentaire