Qui peut accepter une France des assistés ?

Michel Leclerc est sans ambiguïté dans ses propos sur ceux qui veulent une France des assistés :

  • Il ne peut y avoir de démocratie sans liberté.
  • Il ne peut y avoir de liberté sans une économie puissante.
  • Il ne peut y avoir d’économie puissante avec 5 millions de chômeurs et 9 millions de pauvres.

Une économie puissante seule permet une puissance militaire avec des moyens de 4 à 5% du PIB dans les 5 ans. Pourquoi ce propos ? Parce que la puissance de dissuasion est nécessaire dans un monde qui se réarme de partout.

Une économie puissante c’est plus de pouvoir d’achat pour la population… de toute la population et non d’une partie dont on garderait opportunément la tête hors de l’eau. Une économie puissante c’est également des exportations massives. Une économie puissante c’est des prix de revient compétitifs ; et l’on revient toujours à la même conclusion : il faut impérativement baisser les prix de revient grâce au transfert des charges sociales qui n’ont rien à faire dans un prix de revient pour les basculer sur les charges de l’Etat grâce à la TVA sociale et à la CSG afin de relancer l’économie de la France et en faire une Nation du plein-emploi.

Une France des assistés ne peut être un projet viable

C’est donc le plan T.R.E.S. de Transfert de toutes les cotisations sociales vers le budget de l’Etat pour la Relance Economique et Sociale qu’il faut mettre en oeuvre.

Seul ce plan permet la prise en charge du coût de la maladie et de la famille, pour tous puisque c’est l’affaire de tous, et donc de l’Etat et non uniquement de ceux qui travaillent. C’est comme cela que notre système social pourra être pérennisé et développé.

Les techniques nouvelles, les robotisations, le numérique, ne sont que des outils qu’il faut inventer, qu’il faut construire, qu’il faut conduire et qu’il faut entretenir. Et si ces techniques libèrent des forces vives, il faut se rappeler que les blessés de la vie, les handicapés, les retraités ou pensionnés, ont besoin de millions de personnes pour leur apporter un mieux vivre.

Le plan T.R.E.S. résout tous ces problèmes et ne peut être utilisé que dans son intégralité. Un plan, un puzzle, duquel on retire quelques morceaux, n’est plus un plan, mais un sable mouvant sur lequel on ne peut construire ni le présent, ni l’avenir.

Yves Soulabail interroge Benoît Hamon sur la France des assistés

C’est à l’occasion des « petits déjeuners de la Présidentielle » que Yves Soulabail a interrogé Benoît Hamon sur RTL matin, à 8h30, le 17 mars 2017. Benoît Hamon était à cette occasion l’invité de Yves Calvi et évoquait le revenu universel d’existence…

Quel intérêt pour la France de surfiscaliser les classes moyennes pour donner aux plus pauvres sans espoir de sortie du système ? Voulez-vous que tous deviennent pauvres alors que l’ensemble de nos compatriotes peuvent voir augmenter leurs revenus, leur pouvoir d’achat augmenter et favoriser le plein-emploi pour tous par le plan de Michel Leclerc !

Quel intérêt limité encore pour les Français de voir augmenter seulement les salaires des plus pauvres si dans le même temps les prix ne baissent pas, ni les loyers ! Les projets de demi-mesure ne fonctionnent jamais, on le sait.

L’équipe de Benoît Hamon aura Twitté en guise de réponse :

 

Signez la pétition pour faire bouger le gouvernement et appliquer le plan TRES.

France des assistés TVA sociale

6 commentaires à «Qui peut accepter une France des assistés ?»

Vous pouvez laisser un commentaire ou Rétroliens (trackbacks) cet article.

    Laissez un commentaire

    Votre adresse courriel ne sera pas rendu publique.