Plus de CSG sans hausse de pouvoir d’achat ne résout rien

Augmenter la CSG de 1,7% pour diminuer les cotisations salariales de 3,2%, laisse une augmentation du pouvoir d’achat des salariés de 1,5% payé par tous les Français. Les retraités, les PME, n’ayant aucune contrepartie voient eux, par conséquent, une baisse de leur pouvoir d’achat. Est-ce tenable Monsieur Macron en situation de récession ? La baisse de la taxe d’habitation n’étant déjà pas payée par de nombreux contribuables ne sera jamais suffisante pour compenser.

La question de la CSG se pose au gouvernement

Appliquer un goutte à goutte à un malade sur un lit d’hôpital ne permet pas d’envisager un retour au travail. Cette mesure ne réduira donc pas le chômage. En définitive, la hausse de CSG n’augmentera le pouvoir d’achat de personne, ni chez les salariés, ni chez les fonctionnaires, ni chez les retraités. La baisse est trop faible. On le sait déjà.

Cette demi-mesure permet en revanche de prendre aujourd’hui aux retraités, demain aux propriétaires et après-demain aux morts, pour aucun résultat sur le chômage si ce n’est un nouvel appauvrissement général des Français !

Pour Michel Leclerc : « Face aux décisions de Monsieur Trump, aux Etats-Unis, n’est-il pas temps de renforcer la puissance de la France et d’appliquer la véritable vision du Général de Gaulle ? »

Entre un Monsieur Trump qui se replie sur ses frontières et qui n’hésite pas, par une politique politicienne, à ne donner aucune espérance, ni à court terme, ni à long terme aux Américains et un Monsieur Poutine qui frappe à la porte de l’Union Européenne, il est urgent de rétablir la puissance de la France.

Le pouvoir d’achat au cœur de nos préoccupations

Il n’y a vraiment qu’une seule solution : appliquer le plan TRES dans sa totalité et immédiatement. Il n’y a aucun autre plan crédible à notre connaissance qui puisse mieux parvenir au résultat espéré : engager la relance économique et massive de l’économie française pour qu’elle retrouve sa place et puisse redonner un avenir au monde, du moins à l’espace européen et avec aux pays qui lui sont liés.

Cela ne peut donc se faire qu’avec la TVA sociale telle qu’elle était imaginée par le Général de Gaulle. Quitte à se dire Gaulliste aujourd’hui, autant reprendre ses enseignements.

CSG tva sociale

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas rendu publique.