Le compteur de la dette publique

Il devrait être obligatoire d’afficher, chaque jour, le compteur de la dette publique sous forme de bandeau et sur tous les journaux télévisés de toutes les chaînes et ce, chaque jour de l’année, jusqu’au moment où il s’arrêtera. On le fait bien pour les cours de la Bourse.

Michel Leclerc : “Je pense que les Français doivent savoir.  Et je crois que la méthode Coué permettra qu’ils agissent en conséquence sur leurs dépenses et imposeront aux pouvoirs publics, soit de réduire les dépenses de l’État, soit de créer davantage de recettes fiscales par l’augmentation de la consommation et surtout par le doublement de nos exportations. Et tout ceci est vraiment possible.”

Rien de plus normal que d’imposer cette publicité sur la dette publique

L’État doit faire sa publicité et doit apporter sans cesse de nouveaux éléments pour accroître les recettes.

Pour y parvenir les Français demandent à l’État de prendre les moyens en transférant les charges sociales, salariales et patronales faute de quoi le compteur ne s’arrêtera jamais et la dette ne se réduira jamais.

Nous en sommes à 2 300 milliards et nous serons, à fin 2017, à plus de 2 400 milliards soit un appauvrissement de la France de 2 600 € toutes les secondes, soit 3 € par jour et par habitant.

Sans cette vision de l’économie, nous serons à 100 000 chômeurs de plus au 31 décembre 2017.

Non, avec les demi-mesures prises, il n’y aura pas un centime de pouvoir d’achat en plus, en moyenne, sur l’ensemble des Français.

Tout autre discours n’est que mensonge et n’apportera aucun crédit au gouvernement pour le futur.

Contre toute attente, la suppression de la taxe d’habitation entraînera encore plus de chômeurs : c’est un leurre sans efficacité.

D’autre part, c’est une mauvaise décision qui va encore accélérer  le compteur de la dette parce qu’elle n’est compensée par aucune nouvelle recette à ce jour. C’est un jeu de passe-passe par les dotations éventuelles de l’État qui, à son tour, devra produire des recettes par l’impôt.

On en revient au point de départ. Et le compteur de la dette s’envolera de plus en plus haut et jusqu’où !

Produire des recettes, pour l’État, c’est vendre plus à moins cher, c’est peut-être difficile à comprendre, mais il n’y a pas d’autre solution.

Faire des cadeaux d’un côté et les reprendre en double de l’autre, n’a jamais été une bonne solution.

Il faut produire de l’argent, par l’exportation, par la consommation intérieure.

Le transfert des charges sociales, salariales et patronales, s’imposera plus que jamais.

L’application du plan TRES deviendra obligatoire. Que de temps perdu !

Signez la pétition pour faire bouger le gouvernement et appliquer le plan TRES.

dette publique

Laisser un commentaire