Un plan pour sauver notre agriculture et nos paysans

Notre agriculture et nos paysans sont au bord du gouffre. Que faire ? Xavier Beulin, comme président de la FNSEA, avait compris qu’une solution existe en réformant les principes de financement de notre protection sociale en France. Les implications de cette réforme sont telles qu’elles permettent la relance de l’ensemble du système économique français, à l’exemple de ce qu’avait entrepris le Général de Gaulle pour la France dans les années 60. Une décision qui avait mené des décennies de prospérité. Qu’attendons-nous ?

Nos agriculture supporte beaucoup trop de charges

Une réforme du système de prélèvement des cotisations sociales représente près de 240 milliards pour notre pays. Cette somme est considérable. C’est aussi pourquoi elle est en mesure de changer la donne.

Pour le moment, comment cela se traduit-il au niveau de la situation de notre agriculture ? En d’autres termes, quels sont les coûts actuels ?

  1. Des charges sociales et les mutuelles à prix prohibitif
  2. Des produits nécessaires à la nourriture des animaux à prix élevé
  3. Des assurances à prix élevé
  4. Des engrais nécessaires aux sols à prix élevé

Pour sauver l’agriculture, deux solutions apparaissent :

  1. Soit augmenter les prix de vente des produits cultivés, il faut pour cela augmenter le pouvoir d’achat des Français
  2. Soit réduire les coûts de production

Sur les prix de vente, nous pensons qu’il est hors de question de baisser les prix des produits frais (lait, beurre, volaille, fromage, viandes, légumes…). En revanche, on peut baisser de manière forte les coûts de fabrication et augmenter le pouvoir d’achat des français. Pour cela il faut :

  • Supprimer le RSI et autres charges sociales et changer le système de financement de la Sécurité sociale
  • Supprimer les mutuelles obligatoire, par la prise en compte totale des services sociaux par le système de répartition avec de meilleurs remboursements
  • Réduire le prix des aliments du bétail de 15%
  • Réduire le prix des engrais de 15%
  • Réduire le prix des assurances et le prix des équipements de 15%

Comment le plan TRES permet de réduire les prix des intrants et améliore la vie des paysans

Le plan TRES appliqué à l’agriculture sauvera nos paysans. Le plan TRES, c’est un plan imaginé par le Général de Gaulle, qui vise à transférer les cotisations sociales pour la relance économique et sociale de la France et qui permet une baisse généralisée des prix pour tous les acteurs qui transforment, par la suppression des cotisations sociales portant sur les salaires et le RSI.

Les prix sur les produits frais seront maintenus, mais cette approche permet de réduire leur prix de revient de 10 à 15%. En revanche, un effort de 5 à 10% en baisse sur les prix des céréales, des betteraves sucrières, des pommes de terre, parce que ce sont, à présent, des produits industriels dont le coût sera réduit par la suppression des charges sociales et par la baisse du prix du matériel nécessaire pour cette culture industrielle.

Toute cette révolution est urgente et doit être immédiate, c’est-à-dire dans les deux mois qui viennent. C’est une médecine d’urgence dont nous avons besoin pour nos paysans qui font, entre autres, l’entretien du paysage d’une France de toute beauté.

C’est notre survie aussi et si possible bio dans l’avenir. Nos paysans, des hommes et des femmes d’un courage exceptionnel, qui pourtant ont rarement une retraite digne de la noblesse de leur travail. La France doit leur donner les moyens de vivre et non seulement les moyens de survivre comme aujourd’hui. Notre agriculture comme notre équilibre social en dépend, d’autant que c’est le seul moyen pour maintenir le financement de notre Sécurité sociale par répartition.

Signez la pétition pour faire bouger le gouvernement et appliquer le plan TRES.

agriculture paysan tva sociale

a un commentaire à «Un plan pour sauver notre agriculture et nos paysans»

Vous pouvez laisser un commentaire ou Rétroliens (trackbacks) cet article.

    Laissez un commentaire

    Votre adresse courriel ne sera pas rendu publique.